C'était le 12 octobre 2018. Un moment d'amitié entre passionnés !

Enthousiastes, les organisateurs Festival du Voyage de Brout-Vernet ont remis l'actif de leur association à la Maison Albert Londres.
Pour son dernier acte, l’association « D’un regard à l’autre », de Broût-Vernet apporte sa pierre à la restauration de la maison natale d’Albert Londres. Pour ce faire, Bruno Desgouttes, son président, a remis un chèque du montant de leur actif, à notre association.
Créé en 2001, le Festival du voyage et de l’aventure n’étant plus, l’association organisatrice a décidé sa dissolution et l’attribution de son solde de trésorerie à notre association, pour se perpétuer au travers du grand voyageur qu’a été Albert Londres, grand reporter, et ainsi aider à ce qu’il ait pignon sur rue dans la ville où il a vu le jour.
Ce don va financer les balustres du balcon. Un symbole d'ouverture sur le monde que nous sommes ravis de partager avec eux ! Bienvenue à la Maison Albert Londres !
Merci pour ce beau geste, souhaitons qu’il fasse des émules, la réalisation de la Maison Albert Londres demande le concours de tous !
C’est une réalisation collective qui vise la création d’une maison d’écrivain dédiée à l’illustre reporter et plume la plus célèbre de Vichy
Les travaux de restauration de l’édifice situé à l’angle des rues Besse et Porte-Saint-Julien, vont reprendre début novembre.

D’un regard à l’autre

« D’un regard à l’autre », le festival du voyage et de l’aventure a été lancé en 2001 à Broût-Vernet par Bruno Desgouttes.
L’idée était d’inviter des voyageurs, au long court ou non, en France ou à l’étranger, mais qui avaient la particularité de mener à bien leur projet par leurs propres moyens. La dimension aventure avait toute son importance.
Le festival annuel se déroulait sur un week-end. Trois salles de projections permettaient de donner à voir les reportages ramenés de ces voyages et leurs auteurs d’engager un échange avec le public.
Chaque voyageur disposait d’un stand pour présenter des photos ou vendre les ouvrages qu’il avait tiré de leur aventure.
Le festival a connu un succès qui ne s’est pas démenti, au contraire, la fréquentation allait croissant. Mais au bout d’une douzaine d’éditions, les engagements des uns et des autres n’ont plus permis de trouver les forces nécessaires pour permettre à l’événement de perdurer malgré une trésorerie qui était restée positive.
Que faire de ce fond de caisse ? L’idée a été d’en faire le don à une entreprise en rapport avec le voyage. Sensible au mauvais état de la maison natale d’Albert Londres, Bruno Desgouttes a jugé conforme à la vocation de l’association qu’il présidait de consacrer son reliquat de trésorerie à la mémoire d’un homme, un reporter, un homme qui n’a pas craint d’aller au bout du monde pour satisfaire sa curiosité et celle des lecteurs de presse. Une option qui a séduit les membres de l’association. D’où la remise de chèque faite le 12 octobre.






RETOUR au site ALBERT LONDRES