REGARD d’ALBERT LONDRES en CHINE : 1922-1932

Dès ses débuts dans le journalisme, Albert Londres a été attiré par l’Orient. En 1922, après le succès de ses premiers grands reportages, en particulier ceux effectués en Russie soviétique, Albert Londres part enfin pour l’Asie. Il décrit émerveillé le quotidien du Japon qui reste solide malgré les tremblements de terre. Il découvre par contraste, l’anarchie qui règne en Chine, un pays dominé par les seigneurs de la guerre, et où cohabitent un empereur et un président de la République…
La série d’articles rédigés sur place constitue la matière première de son livre « La Chine en folie » publié à son retour.
Ce n’est que dix ans plus tard qu’Albert Londres repartira pour la Chine, en janvier 1932. Il a tout fait pour y retourner. Quelle enquête a-t-il en tête ?
Alors que le directeur littéraire du Petit Parisien, Henri Béraud son ami de longue date, refuse de l’envoyer sur place, il obtient le feu vert du Journal et part. Lorsqu’il arrive à Shanghai, la tension entre Chinois et Japonais est à son comble. C’est La Guerre !
Le conflit s’apaise, Albert Londres quitte alors Shanghai pour suivre son projet de sujet initial.
Il se dirige vers Tientsin (ou Tianjin), puis il disparaît prés de 3 semaines, avant de revenir à Shanghai s’embarquer sur le Georges Philippar. Les révélations explosives annoncées pour son retour disparaissent en mer avec lui…
Au travers de nombreux textes choisis et d’extraits de la correspondance d’Albert Londres, cette exposition vient nous faire revivre ses émotions et ses sensations. Celles d’un observateur privilégié, plongé au coeur d’une Chine en pleines révolutions préfigurant sa Révolution imminente.

Télécharger ici (en pdf) la brochure de 24 pages du programme des journées:

La CHINE d’Albert Londres de 1922 à 1932
catalogue de l’exposition, programme des rencontres et présentation des intervenants

Edition 2012 des Rencontres : la Chine vue par Albert Londres de 1922 à 1932