11 janvier : C’est bel et bien parti !

Partageons le plaisir de voir la maison revêtir, après les fêtes, son habit de fer : L’échafaudage !
Les lucarnes de pierre vont être démontées, la couverture et la charpente totalement enlevées !
Pour ceux qui voudraient garder un souvenir, sachez que nous conserverons les ardoises bitumineuses ; elles seront en vente à notre local rue Besse. Nous devons encore réunir des fonds pour finir la première tranche qui vient d’être engagée…

Alors, venez voir et soutenez l’action !

Naissance de l’Atelier Albert Londres !

Le comité scientifique prévu dans le projet de la réalisation de la Maison Albert Londres a vu le jour ! Un pas de plus vers  la Maison d’écrivain et du Grand Reportage .

Bernard Cahier a réuni sur cette action les chercheurs et universitaires impliqués dans la connaissance et la reconnaissance d’Albert Londres. La nouvelle association a pour but de coordonner les travaux de recherche et de documentation. Il était important de rassembler les personnes travaillant sur Albert Londres afin de mutualiser les énergies, les compétences et les la collecte documentaire.

 

Table-ronde « Reporters et Reportages en Grande Guerre (1914-1918) »

Animée par Stéphane Le Bras, avec Nicolas Beaupré, Bernard Cahier et Landry Charrier, « Reporters et Reportages en Grande Guerre (1914-1918) »  le  15 décembre 2016  à Clermont-Ferrand.

 

Le reportage de guerre de la Grande Guerre a longtemps eu mauvaise presse. Les journalistes étaient en effet souvent accusés d’écrire leurs articles depuis leurs bureaux parisiens, de participer au « bourrage de crâne » ou bien, lorsqu’ils allaient sur le terrain, de ne voir que ce que l’État-Major voulait bien leur montrer. Ils ont également souffert de la concurrence des « écrivains combattants » qui faisaient la guerre au front et étaient jugés plus légitimes pour raconter les combats et les souffrances des simples soldats. Si la majeure partie des reporters choisirent en effet de mettre leur plume au service de leur patrie, certains d’entre eux, comme le Français Albert Londres, le Suisse Robert de Traz ou l’Allemand August-Hermann Zeiz, ne manquaient ni de talent littéraire, ni de clairvoyance. Cette table-ronde sera l’occasion de revenir sur ces figures se situant à la charnière du journalisme et de la littérature.
Nicolas Beaupré (CHEC-UBP), Landry Charrier (CHEC-UBP) et Bernard Cahier (CHEC) ont chacun réédité en 2016 des ouvrages auparavant parus entre 1917 et 1919 qui permettent d’aborder avec moins de manichéisme la question, toujours actuelle, du reportage de guerre qui connu entre 1914 et 1918 son entrée dans la modernité.

Les ouvrages présentés lors de ce débat sont :

  • Sous le brassard vert (Arléa, 2016, préf. Bernard Cahier)
  • Robert de Traz, Sur le front français. Verdun et l’Argonne (Statkine 2016, préf. Landry Charrier)
  • August Hermann Zeiz, Danse autour de la mort (La dernière goutte, 2016, préf. Nicolas Beaupré)

Dernière ligne droite avant le début des travaux !

Des travaux d’urgence

Le projet de restauration se déroule en trois phases.

Phase 1 : préservation du patrimoine (clos et couvert) : 180 000 € TTC
Phase 2 : retrouver l’architecture d’origine (façades) : 80 000 € TTC
Phase 3 : créer un aménagement intérieur de « maison d’écrivain » dédiée au grand reportage pour une large utilisation à vocation nationale et internationale : estimation 200 000 €

Pour faire un don, cliquez ici : La Fondation du Patrimoine.

La première tranche de 180 000 € sera engagée  fin novembre 2016.

Pour compléter les subventions de collectivités et les mécénats d’entreprises, il nous reste à réunir 60 000 € en souscription populaire.